Petite Chronique Scandaleuse


»Unser Mitarbeiter Dr. Paul Zifferer wurde für seine Verdienste um die französische Literatur zum Offizier der Ehrenlegion ernannt.«

»Herr Dr. Paul Zifferer wurde nicht zum Offizier der Ehrenlegion, sondern zum Offizier der französischen Akademie ernannt.«

Darauf sage ich nichts als: Parbleu! Denn c'est plus qu'un crime, c'est une faute. C'est le commencement de la fin. Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es. Übrigens chaque pays a le gouvernement qu'il mérite. Tout comme chez nous. Et voilà justement comme on a donné le prix du Bauernfeld au Trebitsch. Du sublime au ridicule il n'y a qu'un pas. Jeunesse dorée! On ne prête qu'aux riches. Une main lave l'autre. Entente concordiale. Revenons à nos moutons. Tout comprendre c'est tout pardonner. Il n'y a rien de changé en France, il n'y a qu'un Français de plus! Tout soldat français porte dans sa giberne le bâton de maréchal de France. Aber: je n'en vois pas la nécessité. Dans son genre il est grand, mais son genre est petit. Tant de bruit pour une omelette! Le style c'est l'homme. Tout est perdu nebbich, hors l'honneur. Und bekanntlich un sot trouve toujours un plus sot qui l'admire. La France marche à la tête de la civilisation. Non parce que, mais quoique. Überhaupt impossible n'est pas un mot français. Tu l'as voulu, George Dandin! Weit gebracht! Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Da kann man nichts machen, les dieux s'en vont. Qui s'excuse, s'accuse. J'accuse! La verité est en marche! Apres nous le déluge! Ecrasez l'infâme! L'Etat c'est moi!

 

 

Juni, 1912.


 © textlog.de 2004 • 12.12.2017 01:56:27 •
Seite zuletzt aktualisiert: 15.01.2007 
bibliothek
text
  Home  Impressum  Copyright Die Fackel: » Glossen » Gedichte » Aphorismen » Notizen